fbpx
8 min de lecture

Jeudi 28 mai dernier, Alix Mathet, étudiante en Langues Etrangères Appliquées a eu l’opportunité d’assister à un webinaire auquel participait Frédéric Bonfils, Directeur général de Loisirs Enchères. Il a partagé son expérience en apportant quelques éléments de réponses aux questions que de nombreux Français web-addicts se posent : comment les entreprises digitales ont-elles fait face à la dernière crise sanitaire, et comment vont-elles rebondir économiquement ? Alix nous donne ses impressions sur cette rencontre instructive organisée par La French Tech Bordeaux.

Covid-19 : anticipation et premières mesures

Comme pour beaucoup de sociétés, l’année 2020 avait bien commencé. Un départ placé sous de bons auspices, mais stoppé net avec l’impact du virus.

Néanmoins, en France, les entreprises ont anticipé la crise dès janvier et des mesures ont été mises en place rapidement pour les sociétés qui ont su anticiper ce gros nuage noir. Quelles sont ces mesures mises en place ?

  • Les coûts non essentiels, comme les coûts marketing par exemple. Ils ont été coupés pour garder la trésorerie dans l’optique d’un confinement. Et ce depuis février dans certaines boîtes.
  • Les entreprises se sont organisées avec les fournisseurs et les clients qui avaient déjà commandé ou acheté des produits.
  • Une fois que le gouvernement a annoncé le confinement, il a été nécessaire de penser à de nouvelles façons de travailler. Comme le télétravail, le chômage partiel, etc.

Concrètement, comment les sociétés et les entreprises digitales ont-elles géré le confinement ?

Pendant le confinement, un nouveau rythme et de nouvelles habitudes de travail se sont installés dans chaque entreprise.

Au niveau des équipes, le télétravail a été instauré et il a fallu maintenir une cohésion à distance. Au quotidien, chaque équipe a fait ses comptes-rendus. De plus, des réunions hebdomadaires se sont également tenues pour parler des objectifs à atteindre et de la mise en oeuvre des projets. Ces échanges permanents ont créé, à distance, un lien de confiance et, sûrement, une meilleure cohésion de travail.

Chaque service a géré ses propres problèmes face au Covid-19. Les équipes commerciales ont, par exemple, cherché et fidélisé les clients en visioconférence ou par téléphone. Elles se sont aussi occupées de la gestion des clients et des fournisseurs. 

Un bouleversement pour les entreprises digitales

Une amélioration possible ?

La grande majorité des entreprises digitales ont connu un ralentissement de leurs ventes. Néanmoins, certaines ont pu continuer de développer leur site internet et leur stratégie marketing. Par exemple, certaines boîtes ont eu le temps de retravailler leur référencement naturel ou encore l’ergonomie de leur site internet.

Par ailleurs, les Français étant confinés, ils étaient susceptibles de passer davantage de temps sur internet. En conséquence, les trafics journaliers et les ventes en ligne se sont multipliés sur certains sites.  

Une nécessité de s’adapter pour les entreprises digitales …

Pour certains sites internet, et surtout dans le milieu du tourisme, tous les voyages et réservations ont été reportés. Les boutiques dématérialisées se sont adaptées en cette période de crise, mais les livraisons ont pris davantage de temps que prévu. Heureusement, avec des informations transparentes et une politique à l’avantage des clients, les différends se sont réglés dans le calme et sans réaction excessive. 

Obligation de se diversifier

Pour les entreprises dont les revenus principaux ont été interrompus durant le confinement, il a été nécessaire de se diversifier dans d’autres catégories de produits, d’autres branches. Avec l’aide des fournisseurs, les entreprises ont pu lancer de nouveaux produits. Ces derniers ont prospéré et ont rapporté une partie du chiffre d’affaires perdu. 

La période du déconfinement et l’après : la renaissance ?

Les prévisionnels des entreprises

Aujourd’hui, le confinement est terminé pour la plupart des Français et la période de déconfinement se poursuit. Il s’agit d’une période de transition durant laquelle l’économie redémarre progressivement. Mais pour autant, la crise n’est pas terminée !

En effet, la fin est attendue d’ici six mois, voire un an. En attendant, il faut prévoir et anticiper. Et pour cela, des prévisionnels doivent être faits assez régulièrement afin d’avoir un plan de relance pour les six prochains mois minimum voire jusqu’à fin 2020. 

Un point sur le moral des troupes

Du côté des employés, le déconfinement a amené un peu plus de légèreté. Le télétravail a permis à chaque personne de mieux se connaître, de mieux travailler en équipe et donc d’être plus efficient dans son travail. Voilà pourquoi le télétravail deviendra sûrement une façon de travailler plus répandue. Il va certainement s’institutionnaliser en fonction des besoins de chaque entreprise. 

Selon les autorités, le confinement est terminé, mais le télétravail doit être un maximum maintenu jusqu’en septembre pour des raisons sanitaires. La reprise dans les bureaux se fera sur une base du volontariat jusqu’à une prochaine évolution de la crise. 

Une relance progressive de l’économie

Au niveau des chiffres, l’économie se relance petit à petit que ce soit sur des produits physiques ou dématérialisés.  Les entreprises et startups se fixent des objectifs atteignables. Mais elles doivent le faire tout en préservant leur trésorerie et en sécurisant des ventes pour continuer à avancer.

Post Covid-19 : nouveaux modes de consommation et boom des entreprises digitales ?

La crise n’est pas terminée pour autant

Pour conclure, la crise du Covid-19 n’est pas finie et les entreprises continuent de se protéger et de se préparer pour la sortie de la tempête. Aucune startup, aucune entreprise n’a pu gérer parfaitement cette crise : selon Frédéric Bonfils, « les entreprises ont fait de leur mieux ». 

Une nouvelle façon de consommer

Face à cette crise, de nouveaux moyens de consommation vont-ils émerger, ? Le « local » et « français » pourrait bien être la nouvelle tendance. En effet, le Covid-19 a donné l’impulsion nécessaire pour amener cette vogue du made in France, du fait maison et du fait local sur le devant de la scène. Avec la fermeture des frontières internationales et une nouvelle façon de consommer, acheter local et français devient une habitude et pourrait relancer l’économie.

De plus, les consommateurs ont pu mieux se familiariser avec les achats en ligne ce qui amène à une croissance des entreprises digitales. 

Des conseils pour les entreprises digitales ?

À la fin du webinaire, Frédéric Bonfils a donné quelques conseils. Cela pourrait aider les entrepreneurs à gérer la crise et les prochaines qui pourraient arriver :

  • rechercher l’information par soi-même ou en utilisant son réseau. Un conseil important pour gérer son entreprise pendant une crise que ce soit en interne ou pour les partenaires et les clients. 
  • recouper les informations trouvées afin de s’assurer qu’elles sont vraies, car elles permettent de prendre des décisions rapidement et décisives. 
  • être le plus transparent possible que ce soit pour les employés, fournisseurs, partenaires ou clients. 
  • être soudés en interne pour faire face à cette période compliquée.

Au fait, c’est quoi la French Tech Bordeaux ?

La French Tech Bordeaux est une association qui s’engage pour la croissance de l’écosystème startups en France mais aussi à l’étranger. Toutes les semaines, les membres de l’organisation préparent des webinaires dans le but d’aider les startups françaises à développer leur business.

Si les entreprises digitales vous intéressent, jetez un œil à ces articles 🙂

🚀 Les 8 étapes pour faire du dropshipping en 2020 !

👾 Top 5 des métiers digitaux pour trouver un emploi dans le web

💪 Comment améliorer son référencement Google en 3 étapes  ?